Spécialiste de la machine-outil pour tous types de matériaux durs, la société Thibaut, avec son double ancrage à Vire en Normandie et à Castres dans le Tarn, engage une nouvelle étape de développement. La société rationalise sa gamme de produits avec une nouvelle génération de machines plus automatisées.

Toujours plus d’innovation. La société familiale Thibaut, qui vient de fêter ses 60 ans, leader mondial dans le domaine des machines-outils pour le travail des matériaux durs (granit, marbre, pierre, béton, verre, ardoise, céramique…), accélère sa progression avec une nouvelle gamme de machines entièrement rationalisée. Spécialisée dans les machines d’usinage et de polissage, la société normande, dont le siège est à Vire, a fusionné en 2014 avec la société Calas Production, basée dans l’agglomération de Castres-Mazamet, où l’entreprise a été l’une des premières à s’implanter sur la zone du Causse à Labruguière en 2003. Le rapprochement des deux entreprises familiales concrétise une collaboration commerciale et technologique engagée depuis près de 30 ans et a donné le coup d’envoi à une nouvelle stratégie industrielle.

Une nouvelle génération de machines-outils plus automatisées

« Suite à cette fusion, nous avons décidé de repenser entièrement nos méthodes d’organisation mais aussi de conception, avec au final une rationalisation de toute notre gamme de machines », explique Alain Calas, directeur des bureaux d’études. L’objectif est d’intégrer un maximum de sous-ensembles communs pour générer des effets de séries. À la clef : des économies d’échelle grâce à l’augmentation du volume de production, mais aussi à l’optimisation des approvisionnements, de la gestion des stocks et même du SAV (service après-vente). En quelques années, une nouvelle famille de machines-outils, plus automatisées, a été entièrement redessinée par les bureaux d’études. « Cette rationalisation a aussi un impact écologique bénéfique en permettant de maximiser le remplissage des camions », souligne Alain Calas. Quatre nouveaux modèles de machines sont déjà disponibles. Dernier en date : la TC725, dont le prototype est en phase finale de tests et de validation dans les ateliers tarnais. « Ces machines intègrent près de 80% d’éléments communs, qui vont pouvoir faire l’objet de pré-lancement de petites séries », précise Alain Calas.

Une extension des locaux sur Labruguière

Alain CALAS (à gauche) Directeur bureaux d’études et Robert CALAS (à droite) Directeur industriel

Un peu freinée depuis le mois de mars dernier par la crise sanitaire liée au Covid-19, la société maintient néanmoins sa feuille de route. Sur Labruguière, elle vient tout juste d’agrandir ses locaux de 250 m2 supplémentaires pour réorganiser les flux et optimiser les surfaces d’usinage et d’assemblage pour faire face à une augmentation de la production. Le groupe conçoit et fabrique en moyenne un peu plus de 150 machines-outils chaque année, exportées à 60% sur les cinq continents, pour les marchés du funéraire, du monument historique, des éléments de décoration pour le bâtiment ou pour la voirie. Un conteneur a été expédié vers la Chine en fin d’année 2019, pour livrer deux polissoirs à plat destinés à la préparation de plaques de béton pour la construction de buildings. Un marché évalué à 1,3 M€. A Labruguière, l’un des produits phares (conçu et fabriqué dans le Tarn), est la TSH (Thibaut Sciage Horizontal). Cette machine de grande dimension, dotée d’un système spécifique et breveté de calage des plaques, permet le sciage de blocs de matière à l’horizontal. De nombreux exemplaires ont déjà été réalisés. « Et nous venons d’enregistrer trois nouvelles commandes pour les USA, la Grande-Bretagne et l’Australie », se félicite Alain Calas.

 Thibaut en chiffres :

140 salariés, 21,3 M€ de CA réalisé en 2019